Biodiversité

La biodiversité exprime la variabilité, sous toutes ses formes, des organismes vivants (écosystèmes, espèces, gènes...). Même si la limite est parfois floue, on peut distinguer la biodiversité sauvage (faune et flore naturelles) et la biodiversité domestique (races et variétés domestiquées par l'homme).

La biodiversité domestique, une grande richesse…

La domestication des espèces naturelles, la pression de sélection puis les croisements dirigés ont permis aux Hommes de créer une très grande diversité de races fermières et de variétés cultivées qui reflétaient les conditions environnementales et les orientations agricoles locales.

L’âge d’or de la biodiversité domestique a été atteint au la fin du 19ème siècle. C’est à cette époque, grâce notamment à une meilleure connaissance des mécanismes de l’hérédité, que l’essentiel des races bouchères et de nombreuses variétés potagères ont été fixées.

Cette fraction de la biodiversité, adaptée ou créée par l’Homme, constitue une véritable "réserve génétique".

…aujourd’hui en danger…

Les progrès incessants de la science et la modernisation de l'agriculture commencée dans les années 1960, ont conduit à l'uniformisation des races et variétés utilisées.

Une portion considérable d’anciennes races et variétés a été délaissée au profit de quelques ressources sans cesse améliorées ou de nouvelles créations plus productives, homogènes, et répondant aux exigences de l’industrie agro-alimentaire.

Des dizaines de races et variétés sont actuellement menacées d'extinction et/ou d'érosion génétique (liste officielle nationale) et certaines ont déjà disparu.

…mais au fort potentiel !

Le réservoir constitué par les races et variétés de pays est indispensable à l’innovation et permet de répondre aux changements sociétaux et environnementaux actuels et futurs. En effet, la biodiversité domestique possède des intérêts multiples et complémentaires :

  • < Intérêt patrimonial (dimension culturelle et savoir-faire spécifiques) : contribuer à l’identité d’un territoire, à son développement touristique,
  •  Intérêt génétique : faire face aux incertitudes de l'avenir (modification des goûts, problèmes sanitaires, changements climatiques...),
  •  Intérêt économique : répondre à de nouvelles demandes des consommateurs, trouver des voies de diversification.

La prise de conscience de l'importance de la biodiversité domestique est en cours, comme en témoigne l'émergence de Centres Régionaux de Ressources Génétiques depuis les années 80 : 

- 1979 : Conservatoire régional du végétal d’Aquitaine

- 1986 : Centre des ressources génétiques du Nord-Pas de Calais

- 1989 : Conservatoire du patrimoine biologique de Midi-Pyrénées

- 1991 : Conservatoire des races animales d’Aquitaine

- 1994 : Conservatoire des races animales des Pays de la Loire

- 1999 : Centre des ressources génétiques du Centre Ouest Atlantique

- 2009 : Centre des Ressources Génétiques d’Île de France